Archives pour la catégorie Légendes

Croyances et sortilèges du Bassin

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Croyances et  sortilèges du Bassin

 

Dans « Bassin Paradis », l’ouvrage collectif écrit par les membres de l’Académie du Bassin, Jean-Pierre Bernès cite Angelo de Sorr, un auteur local du milieu du XIXe siècle, qu’il a retrouvé. Et Angelo de Sorr évoque la légende du « Puits Rouge », quelque part sur les bords du Bassin, illustrant ainsi nombre de légendes noirâtres qui, de tous temps, ont rôdé dans nos contrées. En voici un extrait :

Lire la suite

Un gibier surprenant

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Un gibier surprenant

 

La chasse sur le Bassin, véritable phénomène viscéral chez beaucoup de ses indigènes, regorge, on le sait, de récits étonnants, admirables, incroyables ou énormes. Quant aux chasseurs, n’en parlons pas : ils ont fait de Hubert leur saint patron car son histoire est encore plus merveilleuse que tout ce qu’ils peuvent raconter. Ce petit neveu du bon roi Dagobert fut touché par la grâce lorsqu’il vit briller une croix de feu entre les cornes du cerf qu’il pourchassait. Il ne lui en fallut pas plus pour qu’il devînt évêque … Pourtant, l’histoire que je m’en vais vous dire reste aussi des plus mirifiques.

Lire la suite

Quand les Sarrasins s’embarquaient à Arcachon…

Imprimer cet article Imprimer cet article

Quand les Sarrasins s’embarquaient à Arcachon…

 

André de MANDACH, « Chronique dite Saintongeaise », (Max Niemeyer Verlag, Tübingen, 1970, 360 pages et 1 planche hors texte)

 

M. de MANDACH nous offre cette fois l’édition intégrale du « Turpin interpolé » du manuscrit LEE (p. 255-352). Or il considère « Tote listoire de France » et ce « Turpin » comme les volets du « diptyque littéraire » (p. 19) que serait la « Chronique Saintongeaise ». Cette édition partielle de la chronique est ainsi précédée d’une très longue analyse (251 pages) des caractères linguistiques et du contenu historique de l’ensemble de la chronique. D’après cette minutieuse analyse, elle serait l’œuvre « d’un savant de St Seurin de Bordeaux dans les années 1205-1220 environ, dans une scripta franco occitane émaillée de gasconismes » (p. 7).

Lire la suite