Archives pour la catégorie Aristocratie

Contrat de vente en 1756 par le captal de Buch

Imprimer cet article Imprimer cet article

Contrat de vente par le captal de Buch en 1756

Archives départementales de la Gironde. Série G.

Merci à Magali Marquès.

Proposition de transcription

9e aout 1756

Extrait du contrat de vente consenti par

Messire francois alain amanieu de Ruat,

Chevalier-seigneur Captal du Buch, Le Teich, et

partie de Sanguinet, Ruat, Mixtes artiguemalle

Lire la suite

Le prieuré de Comprian

Imprimer cet article Imprimer cet article

Le Prieuré de Comprian

 

Le prieuré de Comprian, dans la paroisse de Biganos, fut, avec le prieuré cis­tercien de Notre-Dame des Monts à La Teste, la seule communauté religieuse en Pays de Buch. Le temps de sa notoriété, de son importance comme pôle de la vie religieuse de notre région dura quatre siècles, de l’an 1000 à 1400-1450. Son origine, celle de son église tout au moins, est plus lointaine. Elle se situe avant le 8ème siècle et pourrait remonter aux origines du christianisme.

Lire la suite

Le ruisseau de Lacanau et le site de Pontnau à Biganos

Imprimer cet article Imprimer cet article

LE RUISSEAU DE LACANAU

PONTNAU À BIGANOS

MOULIN ET FORGES

 

Le ruisseau de Lacanau est le plus important des affluents girondins de la rivière de Leyre (ou La Leyre), dans laquelle il se jette au lieu dit Arnère, dans le domaine de l’usine de papeterie “La Cellulose du Pin” à Facture.

Il a sa source dans la commune du Barp, à très peu de distance de la route nationale 10. Il traverse ainsi sur plus de 15 kilomètres les trois communes du Barp, Mios et Biganos. Mais le point précis de sa source est incertain, en raison des travaux de drainage qui ont assaini la lande au XIXe siècle en créant de nombreux réseaux de fossés ou crastes qui peuvent être confondus avec les anciens ruisseaux.

Lire la suite

Grand-Hôtel d’Arcachon – Chronique 1890

Imprimer cet article Imprimer cet article

Grand-Hôtel d’Arcachon

Chronique 1890 

 

Arcachon-Saison N° 111 du 30/08/1890

Dernière heure – Sa Majesté Marie Élisabeth Eugénie impératrice d’Autriche, fille de Maximilien Joseph duc de Bavière, couronnée reine de Hongrie le 8 juin 1867, arrive à Arcachon aujourd’hui vendredi.

Au nom de toute la population de notre ville nous souhaitons respectueusement la bienvenue à Sa Majesté.

Lire la suite

Grand-Hôtel d’Arcachon – Chronique 1898

Imprimer cet article Imprimer cet article

Grand-Hôtel d’Arcachon

Chronique 1898

 

(Avenir d’Arcachon N° 2434 du 25/09/1898)

Impératrice d’Autriche – Alors que viennent de se terminer les funérailles solennelles d’une douce et inoffensive souveraine, il n’est pas inopportun de rappeler, qu’il y a huit ans, l’Impératrice d’Autriche était venue visiter Arcachon. Elle était descendue au Grand-Hôtel.

Lire la suite

Grand-Hôtel d’Arcachon – Chronique 1er semestre 1901

Imprimer cet article Imprimer cet article

Grand-Hôtel d’Arcachon

Chronique 1er semestre

 

(Avenir d’Arcachon N° 2509 du06/01/1901)

Grand-Hôtel – Liste des étrangers descendus au Grand-Hôtel ;

Mme Baguenet, M. et Mme Hearn, M. et Mme Waller ; Comtesse de Bizemont, M. Guy de Bethmann ; Mme Raisin et fils, M. et Mlle Baines, M. et Mme Vaughan-Davies, M. et Mme Laurence, M. et Mme Jullien, Mme Nightingale, M. et Mme Hiddingh, M. Faguet, Mlle Porler, Mme Rischie, M. Hornsby, Mlle Dehu, M. et Mme Paullet, Mlle Sumat.

Lire la suite

Grand-Hôtel d’Arcachon – Chronique 2ème semestre 1901

Imprimer cet article Imprimer cet article

Grand-Hôtel d’Arcachon

Chronique 2e semestre 1901

 

(Avenir d’Arcachon N° 2535 du07/07/1901)

La Reine Ranavalo – Avant de quitter paris, la reine Ranavalo a été reçue par M. et Mme Loubet.

Elle est arrivée dimanche 30 juin à Bordeaux, gare St-Jean, par l’express de sept heures quatre du matin.

Ranavalo est descendue au Terminus où elle a pris un léger repas ; puis, à sept heures cinquante-sept, elle est remontée ne wagon et est partie pour Arcachon avec sa suite.

Lire la suite

La condamnation à mort du seigneur de Salles, de sa femme, de son régisseur

Imprimer cet article Imprimer cet article

La condamnation à mort de Nicolas de Pichard, ci-devant seigneur de Salles, de sa femme et de son régisseur Jean Clerc

 

À la veille de la Révolution, la paroisse de Salles avait pour seigneur un personnage éminent «Le haut et Puissant seigneur» Nicolas Pierre Pichard, président à Mortier au Parlement de Bordeaux.

Alors âgé de 54 ans, le président Pichard avait grande allure. Plus grand que la moyenne – il mesurait 1 m 75 – il possédait un profil aquilin, un re­gard noir sous des sourcils noirs mais une chevelure maintenant grisonnante. Comme la plupart de ses collègues, le président Pichard appartenait à une vieil­le famille de parlementaires bordelais. Son père avait été conseiller, comme ses grands pères, Pichard et Combabessouze. Il était né, en effet, le 12 novembre 1734 du mariage de Messire Pierre de Pichard, conseiller au Parlement et de dame Anne de Combabessouze. Son grand père, Nicolas de Combabessouze avait été son parrain et selon l’usage de notre pays, lui avait donné son propre prénom.

Lire la suite

Poésie pour un mariage vers 1800

Imprimer cet article Imprimer cet article

Poésie pour un mariage vers 1800

Marguerite-Julie Dubreuilh de Fonréaux naquit à St Domingue, fille aînée de François-Amable Dubreuilh de Fonréaux (de Saintonge) et de Marie-Anne Moisson, elle fut envoyée toute jeune en France où son oncle Lamarthonie fut chargé de son éducation.

La fortune des Dubreuilh ayant sombré avec la révolution, son oncle la maria au riche M. de Navarre, son aîné de 45 ans.

Aux Archives Municipales de Bordeaux sous la cote « Fonds Beaumartin XX » se trouve le manuscrit suivant sans indication du nom de l’auteur.

  Lire la suite