Archives pour la catégorie Linguistique

Dictionnaire du patois de La Teste de Pierre Moureau

Imprimer cet article Imprimer cet article

Dictionnaire du patois de La Teste

de Pierre Moureau

Le patois était autrefois, dans le midi de la France , le langage ordinaire des riches et des pauvres. À la Teste, néanmoins, vers le milieu du XVIIe siècle, la langue française était déjà parlée par plusieurs et comprise par presque tous. Aujourd’hui, dans les anciennes familles, on ne parle guère que le français. Le patois qu’on entend encore , n’est plus qu’un mélange de français et des divers patois des nombreuses familles étrangères, qui depuis peu sont venues s’établir dans la localité.

lire la suite

Des souvenirs à emporter

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Des souvenirs à emporter

 

Le Bassin d’Arcachon, antichambre de l’Océan, comme le décrivait Jules Michelet, a cela d’extraordinaire qu’il s’inscrit dans les souvenirs grâce à des noms sans pareils. Des noms-souvenirs qui sonnent bien, mais qui portent aussi des lueurs qui éclairent la mémoire, quand on quitte nos rivages, à la fin de l’été. Comme Cyrano demandait à Bertrandou, « le fifre, ancien berger », de chanter les villages de leur Gascogne, voici, pour clore ces croquis d’ici, la ronde de quelques noms du Bassin et au passage, un peu de leur histoire, ce qui ne gâte rien. Des noms que l’on emporte autant au creux des valises qu’au plus profond de soi-même et qui valent mieux que les pignes en plâtre, les huîtres en plastique ou les cabanes tchanqueys en boule sous la neige.

Lire la suite

Madame Boyosse en croisière

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Madame Boyosse en croisière

 

Cette semaine, nous parlerons des « Bains de mer », une activité qui s’est développée à Arcachon depuis 1823. Et quasiment dès ses débuts, des fêtes, autant religieuses que profanes, ont accompagné les « estrangeys » dans leurs séjours ici. Les manifestations du 15 août témoignent de cette triple association traditionnelle et fort rentable : bain-fête-religion. Naturellement Mesdames Boyosse et Latestude ne pouvaient que s’entretenir du sujet à leur manière. À vos grilles de traduction, pour les suivre dans leurs propos.

Lire la suite

Madame Boyosse en récital

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Madame Boyosse en récital

 

– « Hé adieu, Mme Boyosse. Et qui c’est ce petit maque avec vous ? Il est un peu pigassous, mais il est mignon.

– C’est le dernier de mon fils, celui qui est directeur d’école à Caudrot. Il nous le laisse chez pépé et mémé, jusqu’à paouse, pasqu’il est maigre comme une esquirre et tout palichot. Et alors, il lui faut le bon air ! Essuie ta mouquire sous le nez, Cadichon, pour bisouquer Mme Latestude.

Lire la suite

Des mots pour cuisiner

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Des mots pour cuisiner

 

Nous poursuivons aujourd’hui la chasse aux mots du langage bordeluche dans un domaine sans lequel il n’y a pas de véritable civilisation : la cuisine. Alors, là, le bordeluche est particulièrement nuancé et parfaitement intarissable. Si bien qu’on ne peut tenter qu’une incursion à travers un vocabulaire aussi raffiné qu’une  lamproie à la bordelaise, qu’une omelette à l’alose parfumée à « l’aillet » ou qu’un joli « mourguain », une grosse anguille que cuisine si bien Geneviève, en son estaminet du port d’Audenge.

Il fut un temps où « quand l’estomac demande », la base d’un casse-croûte ou même d’un petit déjeuner un peu dignes, restait la « tripote », c’est à dire la tripe de veau, longtemps vendue par des marchands ambulants dans les rues de Bordeaux. A ne surtout pas confondre avec les « tricandilles », des tripes de porcs qui se mangent grillées. Pour « faire quatre heures », les enfants se régalaient d’une « frottée à l’ail » : une croûte de « miche » sur laquelle on raclait une grosse gousse d’ail, puis on salait et on graissait le tout d’une bonne lampée d’huile ou d’ un morceau gras de « ventrèche », encore qu’il faille l’économiser et utiliser plutôt de «  l’onture », du lard conservé pour faire la soupe. On dit aussi du « rance ». Evidemment, ça ne valait pas un « choine » à la blanche mie ou un « petit pain de La Teste », légèrement parfumé à l’anis. Mme Boyosse, vous voulez intervenir ?

– « La frottée à l’ail c’est très bon pour tuer les vers ! Parce que vous savez, quand les « droles ont les vers », ils n’arrêtent pas de « canuler » tout le monde jusqu’à ce qu’on leur mette une grosse « taloche ». 

On s’égare, on s’égare ! Restons du côté de la viande parce que  le bordeluche a aussi beaucoup de mots bien à lui. « L’aiguillette », c’est du plat de côte, alors que le « câprin » désigne le dessus de côte. Pour les sauces, on choisit de la « ganure », un morceau du cou du bœuf. Quand on veut se régaler, on demande au boucher un morceau « derrière le penon », c’est de la bavette d’aloyau. Le « merlan » se coupe dans l’entame et « l’osseline » dans la hampe. Cependant, le met de roi reste « l’entrecôte à la bordelaise », un morceau épais de belle qualité –attention que le boucher ne vous « estampe » pas en vous vendant de la « demingue ». On fait griller l’entrecôte  sur deux fagots de sarments de vigne et on la parfume d’échalotes hachées, d’un peu d’huile, de moelle de bœuf ou de vin rouge, mais les puristes ne sont pas d’accord sur l’ajout de ces ingrédients. De toute façon, avec ça, on « se fout un bon fond ». Il faudrait aussi parler de « l’ouverture », de « la palanque » ou de « l’osseline ».

Pour ce qui est du veau, on se fait tailler une assez épaisse tranche de maigre ou de foie frais que l’on fait griller sur des braises. C’est la « carbonnade ».

– « Moi, si la veux fine et taillée dans la noix, comme une escalope, je demande  une « émincée ».

– Très bien, très bien, Mme Latestude. Mais laissez-moi finir ! Quant au porc, on se régale de ses « coustilles », de toutes petites côtes, ou bien de « grattons », des sortes de rillettes avec de gros morceau de viande maigre, une spécialité de Lormont.

Évidemment, les plus pauvres ont dû longtemps se contenter de la « soupe de Jésus » : un peu d’ail et rien dessus. Et même faire la « sauce pauvre-homme », rien que des oignons et des patates. Beaucoup plus consistante est « la soupe de maçon » que l’on « trempe » sur de larges tranches de « miches ». Après quoi, on peut « faire chabrot », déguster une lampée de vin rouge versée au fond de l’assiette à bords relevés, encore chaude. 

Mme Boyosse, encore vous. Qu’est-ce que vous avez encore à dire ?

« Moi, je veux dire que quand la soupe elle est « au grondin », c’est que le ménage va mal. Alors la femme devient « roupiague », son mari « clume »  et alors, le soir, ça finit à « l’hôtel de tourne-cul ».

– Bon, soyons sérieux, c’est une radio sérieuse, ici. Alors : il peut être blanchi avec un œuf, parfumé à la tomate ou  à l’ail : c’est « le tourin », une soupe à l’oignon. Voilà maintenant que c’est Mme Latestude qui interrompt l’émission.

– «  Mais, mon drôle, tu ne sais pas qu’autrefois toute la noce apportait le tourin dans un pot de chambre, aux jeunes mariés, dans leur lit conjugal. C’était en guise de vœu de fécondité. On savait rire, quand j’étais jeune ! Enfin, moi ma soupe préférée c’est celle au camajot, un bout de jarret de jambon que tu mets avec des légumes et …». 

   – C’est fini, oui ? Alors, parlons de poissons et de coquillages, car un flot de mots les désignent. « Les troques », ce sont de fins éperlans du Bassin.

Mme Boyosse, on vous écoute :

– « Moi, les troques, je me les choisis petites et je me les fais frire  en les enfilant par les yeux sur une paille de balai. Comme une brochette. Qu’est ce que c’est bon ! »

Et sur les sardines, vous avez quelque chose à dire ? Non ? Toujours à Arcachon, les sardines ce sont des « royans ».

– Mme Boyosse, dépêchez-vous, on n’a que six minutes.

– « Moi, je veux dire que les petits royans, je me les découpe en filets et je me les mange tout crus. Et c’est autre chose que les « sardines de baril », pleines de sel qu’on trouvait dans les épiceries à Bordeaux. Mais tu n’achetais pas ça chez Potin. Moi, quand j’allais aux vendanges, ils nous nourrissaient avec ça ! Tu te rends compte si on pouvait avoir soif ! » Bien meilleur est le « mule » …

– « Moi, je le fais froid, avec une sauce vinaigrette ».

– Mais taisez-vous donc un peu. Alors, il y a aussi  le « merlus », c’est le colin des Parisiens. Quant à « la loubine », le nom local du bar tacheté, on la pêche aux beaux jours. Nous avons aussi le « grondin », le « pirelon » qui a donné son nom au quartier Saint Ferdinand et même le « tacaud » que l’on s’arrachait durant la disette de la guerre, pendant que l’Occupant s’occupait à déguster nos soles et nos « vendangeurs », ces délicieux petits rougets du Bassin pêchés en septembre. Et le « risteou », qui saute hors de l’eau les soirs d’été. Sans oublier le « coustut », un naïf qui se laisse facilement prendre à la ligne. Quant à la « sipe », la seiche, bien cuisinée en petits carrés dans une sauce à la tomate, elle fond dans la bouche. Au rayon des coquillages locaux …

– « Hé bé mon drole, tu oublies le principal : la soupe de poisson, la vraie, la nôtre, celle où tu mets pas de tomates, c’est de la soupe blanche. Moi j’y mets … »

– Mme Latestude, vous en parlerez après. On n’a plus le temps. Revenons-en à nos coquillages. On trouve le « petoncle », le « lavagnon », « le coutoye », « la clanque », bien coriace, que l’on pêche au plus profond de la vase du fond du Bassin. Beaucoup plus recherché, le « clovisse », nom local de la palourde. Quant aux moules on les a longtemps ici appelés les « charrons », du nom ….

– « Hé, petit : t’as vu l’heure ? Pasqu’a force que tu bavasses comme une agasse, tu vas nous mettre en retard et comme nous, y faut encore qu’on aille gringonner à la maison et qu’on demeure pas là, on s’en va, pour être d’attaque demain. » 

Jean DUBROCA

« Croquis du Bassin » sur Radio Côte d’Argent – 90.4 MHz

Bandeau bateaux

Du bordeluche dans tous ses états

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Du bordeluche dans tous ses états

 

Poursuivons aujourd’hui l’active collaboration de Radio Côte d’Argent à la collecte des mots du langage local lancée par la docte Académie du Bassin  en nous intéressant à ces expressions fort imagées  qui expriment les divers sentiments par lesquels les Bassinayres, Mmes Léoncia Boyosse et Gélia Latestude y compris, louvoient à longueur de journée. La preuve : ces deux exercices de style, dans un langage qui en manque beaucoup, de style …

Lire la suite

Paroles d’ici

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Paroles d’ici

 

« Sud-Ouest » nous a appris que les associations Okéanos et Académie du Bassin avaient profité de la manifestation « Port ouvert », à La Teste, pour lancer une « Pêche aux mots d’ici », à tous ces jurons, ces locutions, ces interjections et autres expressions régionales de toutes sortes, proférés dans ce langage qui fut longtemps, avec le gascon, celui parlé à Bordeaux, puis par extension, sur les bords du Bassin. On le désigne sous le terme générique de « Bordeluche ».

Lire la suite

Gros plans sur le ciné de Pépé (2)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Gros plans sur le ciné de Pépé (2)

Lire le premier article

Aujourd’hui, pour le générique de fin, nous retournons au cinéma. La salle de M. Mirrasson père ayant brûlé en 1937, il en fait reconstruire un autre, le Vog, rue Victor-Hugo, dotée de tous les perfectionnements et qui ouvre un peu avant 1939. Mais voilà que, le 1è juin 1940, une note officielle ordonne aux cinémas de fermer à 22 heures 30. L’Occupation allemande arrive. Ce sera pourtant une période faste pour le cinéma français et pour les salles. On s’y rend pour avoir chaud et pour oublier les lourdes difficultés et les angoisses de la vie quotidienne.

Lire la suite

Le clocher de Saint-Vincent – Mme Boyosse escagassée.

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Le clocher de Saint-Vincent.

Mme Boyosse escagassée.

 

Le clocher de La Teste ne ressemble à aucun autre. D’abord, il est bas, pyramidal et même trapu depuis 1833, mais parfaitement adapté à un pays plat où les vents d’ouest ne manquent pas de force. Ensuite, il est original car il porte de nombreuses flammes du Saint Esprit. Enfin, il a connu bien des malheurs. Ses travaux ont commencé en octobre 1668 mais ce n’est qu’en 1680 qu’il fut achevé. En 1822, la foudre le démolit et il faut onze ans pour le reconstruire, raconte Jacques Ragot. En 1865, il faut encore le réparer. Et voilà qu’à la veille de Pâques 1991, les cloches ne pourront y sonner. On a détecté d’inquiétantes faiblesses dans la construction. Un événement qui fait beaucoup jaser dans la ville et notamment nos Testerines illustres, Mmes Boyosse et Latestude, dont vous avez été nombreux à nous demander des nouvelles. Elles s’expriment dans ce langage traditionnel bordelais qui a éclaboussé le Bassin et cher à Ulysse Despeaux, à Georges Coulonge ou à Guy Suire.

Lire la suite