Archives pour la catégorie Religion

La synagogue d’Arcachon et son mécène Osiris (I)

Imprimer cet article Imprimer cet article

 La synagogue d’Arcachon et son mécène Osiris (I)

 Après 125 ans d’existence, la synagogue d’Arcachon fait figure, dans une cité qui s’est beaucoup renouvelée au gré de ses succès, de témoin vénérable. Combien de villas de cette époque héroïque des Pereire ont disparu, comme le casino ou le buffet qui marquaient la première phase de développement de cette station florissante ! Or l’histoire de cet édifice n’a pas encore été écrite et l’histoire même de la communauté juive d’Arcachon demeure mal connue. L’absence d’archives d’une communauté organisée en association culturelle seulement en 1990, la disparition des archives du mécène Osiris, dont seules quelques bribes subsistent à l’Institut Pasteur, son légataire universel, et le peu d’allusions historiques faites à ce petit édifice dans la presse et les études régionales en rendent l’approche encore incomplète. Seules les archives du Consistoire Israélite de Bordeaux, qui géra la synagogue durant 100 ans, de 1891 à 1990, contiennent quelques allusions au devenir de cette communauté. Quant à la construction de la synagogue, relevant de l’initiative privée, elle n’a pas laissé de traces administratives.

Lire a suite

La synagogue d’Arcachon et son mécène Osiris (II)

Imprimer cet article Imprimer cet article

La synagogue d’Arcachon et son mécène Osiris (II)

Lire la première partie

La construction de la synagogue

Un caprice de mécène en rupture avec sa communauté

Sans doute Osiris aurait-il fait édifier une synagogue, dépendance de ses villas, indépendamment de ses démêlés avec le Consistoire de Bordeaux, mais il est clair qu’il a dû aussi trouver, comme avec la synagogue de la rue Buffault, une manière de revanche.

Lire la suite

L’état de la paroisse de Lanton en 1731

Imprimer cet article Imprimer cet article

L’état de la paroisse de Lanton en 1731

Les liasses G 642 à G 653 des Archives de la Gironde sont constituées par les procès-verbaux (et pièces annexes) des visites effectuées par l’archevêque de Bordeaux dans son diocèse. La liasse G 651 est plus particulièrement consacrée aux visites des paroisses de l’archiprêtré de Buch et Born ayant marquées le XVIIIe siècle1. Nous avons retenu pour cette étude la paroisse de Lanton2 en 1731 à travers le procès-verbal de la visite effectuée cette année-là par François-Honoré de Maniban, archevêque de Bordeaux de 1729 à 1743, le curé de Lanton étant alors Antoine Singlar3. Nous avons parfois complété le procès-verbal, lorsque ce fut nécessaire, par certains extraits de la réponse dudit curé au questionnaire qui lui avait été envoyé pour préparer la visite.

Jean VALETTE

Lire la suite

Les sources perdues

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Les sources perdues

 

Hier, en un extrait du livre « Bassin Paradis », Olivier de Marliave évoquait les pratiques religieuses et les croyances locales liées à certains sites. Qu’en est-il aujourd’hui ?

Parmi les grands pèlerinages d’autrefois, seuls deux d’entre eux subsistent vraiment encore, à des degrés divers. Bien oubliée Sainte Quitterie, où l’on se pressait, le 22 mai, à Andernos, car la sainte devait soulager, entre autres, tous les maux féminins. Bien oubliée, la Saint Michel, à Gujan-Mestras, chassée par les Foires aux huîtres et autres ports en fête. Toutefois, aujourd’hui, le pèlerinage le plus attractif reste celui de Saint-Yves, le 19 mai à Audenge, où la statue du saint fait encore l’objet de dévotions particulières, suivies par de nombreux fidèles, le plus souvent âgés.

Lire la suite

Un retour en flèche (1)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Un retour en flèche (1)

 

La Presse, décidément infatigable, nous apprend que la flèche du clocher de la basilique Notre-Dame d’Arcachon vient de s’extraire de son échafaudage qui l’enfermait depuis des mois, puisque la haute et fine construction avait révélé de tels signes de faiblesse que la haute croix archiépiscopale qui la couronne montrait une fâcheuse tendance à pivoter sur elle-même. D’où de gros travaux, interrompus plusieurs mois à cause des intempéries et qui laissèrent un clocher tronqué. Ce qui fit dire à de mauvaises langues arcachonnaises que la ville arborait un minaret ! Finalement, après de délicats travaux accomplis par d’habiles spécialistes, la basilique, de nouveau, grimpe vers le ciel, au moins jusqu’à cinquante-neuf mètres.

Lire la suite

Un retour en flèche (2)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Un retour en flèche (2)

 Lire l’article précédent

Poursuivons aujourd’hui la tumultueuse histoire de la construction de la basilique Notre-Dame d’Arcachon. Pour faire face à la grogne de la population locale qui se voit privée de sa chapelle, le cardinal Donnet a trouvé un substitut beaucoup plus chic que les pèlerinages ancestraux : la procession nautique. La toute première, magistralement organisée par Mouls, a lieu le 8 août 1854. « Mille nacelles se balancent au fond de l’allée de la Chapelle. Son Éminence et sa suite ont pris place sur une chaloupe surmontée d’un dais de velours cramoisi », raconte l’abbé Mouls. Et, à peine tiré le coup de canon qui donne le départ de l’armada, la foule voit naviguer les huit batelières en corset bleu, en robe et en cornette blanches qui rament sur une barque arborant la statue de la vierge. Quatre mousses, en grande tenue, élèvent sur un brancard un navire aux voiles déployées. Trois chaloupes contiennent des chanteurs et les musiciens du régiment en garnison à Bordeaux. L’archevêque bénit le Bassin et la ville naissante, certainement ravi, écrit l’abbé Pougeois, « d’avoir trouvé ce moyen ingénieux de raviver au sein de la population la foi catholique ».

Lire la suite

Frère Thomas Illyricus

Imprimer cet article Imprimer cet article

FRÈRE THOMAS ILLYRICUS

 

LE FONDATEUR DE LA CHAPELLE

 

Extrait de Notre-Dame d’Arcachon d’André REBSOMEN
Éditions Delmas, Bordeaux, 1937

 

Ce fut un moine franciscain, le F. Thomas Illyricus, qui fonda le sanctuaire de Notre-Dame d’Arcachon.

Disons de suite que le peuple, après sa mort, touché par ses vertus, le proclama Bienheureux, mais que l’Église ne l’a jamais officiellement béa­tifié.

Lire la suite

L’abbé Daniel Petit (1870-1962), historien de la Révolution

Imprimer cet article Imprimer cet article

L’abbé Daniel PETIT,

historien de la Révolution (1870-1962)

 

L’historiographie révolutionnaire de la France a été depuis quelques décennies particulièrement enrichie1. Sur le plan régional et local, ce champ historique reste encore peu exploré. En ce qui concerne l’historiographie révolutionnaire du Bassin d’Arcachon, l’ouvrage essentiel était, jusqu’à la publication de F. Labatut2, le « Captalat de Buch pendant la Révolution Française (1789-1804) », paru à Bordeaux en 19093. L’auteur en était l’abbé Daniel Petit, vicaire à Notre-Dame d’Arcachon.

  Lire la suite