Archives pour l'étiquette Andernos-les-Bains

Andernos et ses ombres

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Andernos et ses ombres

 

Après Biganos hier, l’histoire d’Andernos, aujourd’hui, nous plonge, elle aussi, au plus profond du passé du Bassin. Andernos, qui au début du XXe siècle, devint Andernos-les-Bains, sans doute pour conjurer le mauvais sort jeté par madame la Lune et ses marées basses qui privent la cité d’eau de mer pendant de longues heures. Mais Philippe Pérusat, l’actuel maire d’Andernos, estime que c’est bien mieux ainsi puisque, dit-il : « Andernos bénéficie ainsi de deux fois plus d’eau qu’ailleurs, dans la même journée. » De plus, la marée basse ne constitue évidemment pas un handicap pour Andernos puisque le poète Armand Got y voyait « une anse d’or où s’endort l’océan apaisé ».

Lire la suite

Le clergé du Pays de Buch de 1789 à 1801 (1)

Imprimer cet article Imprimer cet article

LE CLERGÉ DU PAYS DE BUCH DE 1789 À 1801

PREMIÈRE PARTIE

(résumé des événements à l’échelon national et départemental)

 

La Révolution, qui versa rapidement dans l’antichristianisme et l’anticléricalisme, se montra dans ses débuts, tout au moins officiellement, respectueuse de la religion.

Le registre de la municipalité établie à La Teste de Buch, le 6 septembre 1789, fut ouvert « au nom de Dieu » et l’acte de Constitution de la municipalité est précédé du préambule suivant : « O Dieu, protecteur des droits sacrés de l’Homme, nous t’invoquons. Il est juste de te rendre hommage des biens inestimables que ta bonté nous dispense… etc »1.

lire la suite

Barons d’Audenge (1250-1620) (1)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Les barons d’Audenge (1250-1620)

seigneurs d’Andernos et de Lacanau

 

AVANT-PROPOS

Chronologie des seigneurs d’Audenge avant 1620

 

Blanquefort

Bernard I (décédé avant 1275)

Bernard II, mari de Aude de Tyran (…1310)

Bernard III, mari de Mabille d’Escoussan (1310-1330)

Ornon

Marie de Blanquefort, épouse de Gaillard d’Ornon (1330-1350)

Bernard d’Ornon, leur fils (1350-1376)

Marie d’Ornon, sa fille, épouse de Thibaud de Puylehaut (1376-1390)

Lire la suite

Au sujet de la « levée en masse » de 1793

Imprimer cet article Imprimer cet article

Au sujet de la « levée en masse » de 1793

Les administrateurs du département essaient de remonter le moral des officiers municipaux d’Andernos qui leur avaient fait part de leurs craintes, de­vant l’accueil fait par la population au fameux Décret du 23 août 1793 sur la « levée en masse » des citoyens de 18 à 25 ans.

À Andernos, comme dans les autres communes riveraines du Bassin, on voulait bien servir sous la République dans la marine ou, à la rigueur, dans la Garde-côtes, comme on l’avait fait sous le roi, mais pas ailleurs.

 

A Municipalité d’Endernos

Bordeaux, le 18 septembre 1793

Nous avons reçu votre lettre du 16 courant avec le tableau des jeunes gens depuis l’âge de 18 jusqu’à 25 ans que vous avez enregistrés, ainsi que le P.V. à la suite du dit tableau. Vous nous annoncez dans votre lettre que vous craignez un refus de la part des citoyens de votre commune. Vous nous dites que les membres de votre conseil vont donner leur démission. Citoyens, il ne faut pas que quelque dégoût dans l’exercice de vos fonctions porte le découragement dans des âmes républicaines. Il ne faut pas aussi que des magistrats du peuple souffrent qu’on les outrage dans l’exercice de leur fonction c’est à vous à faire exécuter les lois à cet égard. Il en est une qui vous prescrit la marche que vous avez à tenir. Elle vous donne le droit de dresser votre procès-verbal et de faire mettre en état d’ar­restation le mauvais citoyen qui aurait osé vous insulter. En vous conformant à cet te loi vous intimiderez les malveillants et vous aurez autant de défenseurs qu’il y aura de bons citoyens, mais nous vous en conjurons au nom du salut public, restaient à votre poste. Vous connaissez les lois qui défendent aux fonctionnaires publics de donner leur démission dans les moments où la patrie est en danger et vous ne voudrez pas vous exposer à l’opprobre dont sont flétris les mauvais ci­toyens qui abandonnent un poste où la confiance publique les avait placés.

Lire la suite

Les Baleste, seigneurs d’Andernos

Imprimer cet article Imprimer cet article

LA MONTÉE DE LA BOURGEOISIE AU XVIIe SIÈCLE

LES BALESTE,

SEIGNEURS D’ANDERNOS

 

La seigneurie d’Andernos, fief d’Audenge, devint autonome en 1625 et jus­qu’à la Révolution appartint à la famille Baleste, de La Teste et à sa descendance. Trois générations de Baleste ont ainsi possédé Andemos, puis deux générations de Caupos et enfin une dernière génération Caupos-Verthamon.

1ère période : 1625-1749 : les Baleste.

– Pierre Baleste qui acheta Andernos en 1625

– les enfants de Pierre Baleste : Jean, François et Marie

– Marie Baleste, fille de Jean, épouse de Gérard de Caupos, décédée en 1749

2ème période : 1749-1786 : les Caupos, enfants de Marie Baleste

– François de Caupos : 1701-1769

– Marie de Caupos : 1703-1786, qui épousa son cousin Jean de Caupos.

3ème période : 1786-1789 .les Caupos-Verthamon

Marie de Caupos : 1724-An II, fille de la précédente, épouse de Martial de
Verthamon et sur qui le patrimoine des Caupos fut saisi à la Révolution.

Lire la suite