Archives pour l'étiquette Mios

Origine des forêts communales d’Audenge, Biganos, Lanton et Mios

Imprimer cet article Imprimer cet article

Origine des forêts communales d’Audenge, Biganos, Lanton et Mios

 

Les forêts communales d’Audenge, Biganos, Lanton et Mios ont été créées pour l’essentiel à partir de 1860, en exécution de la loi du 19 juin 1857, relative à l’ensemence­ment des landes des communes et des départements.

Les travaux d’ensemencement furent supervisés par Chambrelent, ingénieur du service des Ponts et Chaussées de la Gironde.

Chambrelent précise, dans son ou­vrage : « Assainissement des landes », l’importance des landes communales qui allaient être plantées en pins.

Lire la suite

Découvertes au Truc du Bourdiou à Mios

Imprimer cet article Imprimer cet article

Nouvelles découvertes au Truc du Bourdiou à Mios

 

Ayant dû nous rendre à de nombreuses reprises sur le site du Truc de Bourdiou à Mios (figure 1) dans le cadre d’une étude sur le peuplement pré et protohistorique du Pays de Buch1, nous avons été amené à parcourir, au prin­temps 1979, « le ruisseau du Castéra » qui délimite le Truc du Bourdiou sur son versant sud et à y découvrir quelques éléments intéressants pour la connaissance de ce lieu ; de nombreuses excursions effectuées par la suite jusqu’en novembre 1980 nous ont permis de recueillir un abondant matériel archéologique. C’est l’ensemble de ce mobilier qui fait l’objet de notre étude.Bourdiou1 Lire la suite

Un tire-au-flanc à Mios en 1793

Imprimer cet article Imprimer cet article

Nicolas, maire de Mios, rend compte aux administrateurs du département de sa démarche auprès d’un militaire en absence illégale pour lui faire rejoindre son corps.

 

A Mios, le 27 février 1793, l’an 2 de la République Française.

Citoyens

Voulant me conformer à l’Arrêté du Directoire du Département de la Gi­ronde, en datte du quatre de ce mois que nous reçûmes dimanche dernier, je me suis transporté ches le nommé Paul Camin, dit Techoyres, habitant de cette parois­se où le nommé Boy fait son domicilie. Je l’ay invité par différentes fois à rejoin­dre ses drapeaux qu’il a si lâchement quité. Il m’a répondu qu’il les rejoindrait sitôt qu’il serait guéri, qu’il lui ferait plézir de partir.

Lire la suite

Les premiers pas de la municipalité de Mios

Imprimer cet article Imprimer cet article

LES PREMIERS PAS DE LA MUNICIPALITÉ DE MIOS

 

1 – Jérôme Lafon, sabotier, et Jérôme Lafon, dit Careau, ont été condamnés à la mande de trente sols chacun pour avoir été dénoncés par la patrouille qui était en exercice le quatre courant, étant chez Courbin, cabaretier au bourg de Mios et nous les avons condamnés pour avoir été surpris par la patrouille après l’heure indue chez le dit Courbin et pour avoir insulté la patrouille.

Lire la suite