Archives pour la catégorie Ports

La tradition au cœur

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

La tradition au cœur

 

Connaissez-vous le plageot ? C’est le moment d’en parler, puisque ce plageot qui n’existe plus, donne encore son nom à l’extrémité de la digue centrale du port de La Teste lequel frémit des fêtes qui l’ont tout dernièrement animé. Le plageot, comme son nom l’indique, c’était la plage du port où l’on se baignait encore couramment encore jusque dans les années 50. Parce qu’il ne s’agissait pas alors d’aller affronter en s’y plongeant les sauvages vagues océaniques. Elles entretenaient dans l’esprit testerin une terreur ancestrale, soit parce qu’elles avaient apporté pendant deux siècles l’ennemi héréditaire d’alors : l’Anglais. Soit parce qu’elles fracassaient les pinasses des pêcheurs qui s’y engloutissaient. Quant à se rendre sur les plages d’Arcachon … Gilbert Sore, dans son intéressant ouvrage sur la vie à La Teste en 1900, raconte que “les enfants testerins n’imaginaient même pas qu’on pût se baigner sur les rives arcachonnaises”. Et Gilbert Sore d’ajouter : “Les plaisirs de l’eau, c’est en nageant dans le port, d’une pinasse à l’autre, qu’on les trouvait”.

Lire la suite

Les débuts de la criée municipale d’Arcachon

Imprimer cet article Imprimer cet article

LES DÉBUTS DE LA CRIÉE MUNICIPALE D’ARCACHON (1950-1952)

 

Parmi les « curiosités » qu’Arcachon offre aux vacanciers, figure en bonne place le Port de Pêche avec ses ventes à l’encan, si bien que le bâtiment du quai Capitaine Allègre connaît un franc succès d’affluence à la belle saison.

Pourtant, la Halle aux poissons, bien que de construction récente — son inauguration eut lieu pendant l’été 1958 —, tend à devenir le vestige d’un autre temps, Qu’on en juge.

À la veille de la Seconde Guerre mondiale, Arcachon était le dixième port de pêche français (Grand Mémento Encyclopédique Larousse, édition de 1936). Dès le début des années 1970, c’est désormais une quinzaine de ports qui le devan­cent.

De toute évidence, le développement de la pêche, attendu lors de la créa­tion de la Criée municipale, ne s’est pas concrétisé dans les faits. Il est vrai que, dès ses débuts, la Criée s’est heurtée non seulement à de multiples problèmes mais aussi à de sérieuses oppositions.

1948. Le 15 mars, un arrêté interministériel instituait au profit de la ville d’Arcachon une taxe de péage sur le poisson en vue de la création d’une criée et d’un appontement pour la desservir1.

Lire la suite