Archives pour la catégorie Églises

Restauration de la Basilique Notre Dame d’Arcachon

En septembre 2016, la mairie d’Arcachon a sollicité la SHAA pour retrouver des clichés anciens de la façade sud de la Basilique.

La croix surplombant le mur ouest de la sacristie n’avait pas résisté à une tempête dans les années 60, et l’entreprise chargée de la restauration de l’édifice se devait de la reconstruire à l’identique.

 

 

L’un de nos administrateurs a pu communiquer différents clichés d’époque à cette entreprise. 

La croix, aujourd’hui achevée, viendra prochainement orner le toit de la sacristie, d’ici au mois d’avril 2017 pour Pâques.

A suivre…

               Le Secrétariat-Communication de la SHAAPB

   

Balade-découverte à Soulac-sur-Mer – 24 octobre 2015

Imprimer cet article Imprimer cet article

Balade-découverte à Soulac-sur-Mer

le samedi 24 octobre 2015

À l’occasion du 70e anniversaire de l’armistice de 1945, la SHAA vous proposait la visite de la batterie allemande des Arros pour illustrer les combats du Médoc auxquels la Résistance du Bassin d’Arcachon a participé. Elle était par opportunité géographique complétée par celle de la cité balnéaire de Soulac-sur-Mer. 

Un grand merci à nos guides, Jean-Paul Lescorce et Christian Ponts.

Merci à Denise Maudru pour les photos.

L’état de la paroisse de Lanton en 1731

Imprimer cet article Imprimer cet article

L’état de la paroisse de Lanton en 1731

Les liasses G 642 à G 653 des Archives de la Gironde sont constituées par les procès-verbaux (et pièces annexes) des visites effectuées par l’archevêque de Bordeaux dans son diocèse. La liasse G 651 est plus particulièrement consacrée aux visites des paroisses de l’archiprêtré de Buch et Born ayant marquées le XVIIIe siècle1. Nous avons retenu pour cette étude la paroisse de Lanton2 en 1731 à travers le procès-verbal de la visite effectuée cette année-là par François-Honoré de Maniban, archevêque de Bordeaux de 1729 à 1743, le curé de Lanton étant alors Antoine Singlar3. Nous avons parfois complété le procès-verbal, lorsque ce fut nécessaire, par certains extraits de la réponse dudit curé au questionnaire qui lui avait été envoyé pour préparer la visite.

Jean VALETTE

Lire la suite

Andernos et ses ombres

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Andernos et ses ombres

 

Après Biganos hier, l’histoire d’Andernos, aujourd’hui, nous plonge, elle aussi, au plus profond du passé du Bassin. Andernos, qui au début du XXe siècle, devint Andernos-les-Bains, sans doute pour conjurer le mauvais sort jeté par madame la Lune et ses marées basses qui privent la cité d’eau de mer pendant de longues heures. Mais Philippe Pérusat, l’actuel maire d’Andernos, estime que c’est bien mieux ainsi puisque, dit-il : « Andernos bénéficie ainsi de deux fois plus d’eau qu’ailleurs, dans la même journée. » De plus, la marée basse ne constitue évidemment pas un handicap pour Andernos puisque le poète Armand Got y voyait « une anse d’or où s’endort l’océan apaisé ».

Lire la suite

Biganos, la mystérieuse

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

 

Biganos, la mystérieuse

 

En provenance de Gujan-Mestras où nous étions hier, nous voici à Biganos. Biganos la mystérieuse. Mystérieuse, voici pourquoi. La ville se trouve située au carrefour des voies reliant Bordeaux à Arcachon, d’une part et, d’autre part, de la voie nord-sud, Bassin-Landes girondines. Ce qui explique que Biganos soit depuis au moins 1815, un centre industriel et commercial où l’on a fabriqué des tuiles, de la céramique, du verre, des briques ou de la fonte réputées. Couronnement de cette vocation, Biganos héberge aujourd’hui une vaste zone commerciale au sud-est et, au sud-ouest, l’importante usine SMURFIT qui, depuis quatre-vingt-cinq ans, sous le label de “La Cellulose”, comme on a toujours dit ici, fabrique des quantités d’énormes de rouleaux de papier kraft. Tandis que, dans un cadre plus rustique, au moulin de la Cassadote, datant de 1834, on élève maintenant des esturgeons qui produisent un caviar réputé.

Lire la suite

Croquis du Moulleau

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Croquis du Moulleau

 

Radio Côte d’Argent se promène beaucoup avec son émission, « Retour de Plage » qui a fait escale au Moulleau. Une occasion d’évoquer l’histoire ce quartier si particulier d’Arcachon.

Si particulier, qu’on y trouve un canon ! Un inoffensif engin, perchoir à oiseaux et à enfants, rescapé de la batterie de défense côtière installée là au XVIIIe siècle afin de défendre l’entrée du Bassin, depuis une dune assez élevée d’où, sans doute, le nom donné au lieu « Moullo » qui, en gascon signifie « gros tas ». Mais les avis sur le sujet divergent.

Lire la suite

Un retour en flèche (1)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Un retour en flèche (1)

 

La Presse, décidément infatigable, nous apprend que la flèche du clocher de la basilique Notre-Dame d’Arcachon vient de s’extraire de son échafaudage qui l’enfermait depuis des mois, puisque la haute et fine construction avait révélé de tels signes de faiblesse que la haute croix archiépiscopale qui la couronne montrait une fâcheuse tendance à pivoter sur elle-même. D’où de gros travaux, interrompus plusieurs mois à cause des intempéries et qui laissèrent un clocher tronqué. Ce qui fit dire à de mauvaises langues arcachonnaises que la ville arborait un minaret ! Finalement, après de délicats travaux accomplis par d’habiles spécialistes, la basilique, de nouveau, grimpe vers le ciel, au moins jusqu’à cinquante-neuf mètres.

Lire la suite

Un retour en flèche (2)

Imprimer cet article Imprimer cet article

Bandeau bateaux Fêtes Mer

Un retour en flèche (2)

 Lire l’article précédent

Poursuivons aujourd’hui la tumultueuse histoire de la construction de la basilique Notre-Dame d’Arcachon. Pour faire face à la grogne de la population locale qui se voit privée de sa chapelle, le cardinal Donnet a trouvé un substitut beaucoup plus chic que les pèlerinages ancestraux : la procession nautique. La toute première, magistralement organisée par Mouls, a lieu le 8 août 1854. « Mille nacelles se balancent au fond de l’allée de la Chapelle. Son Éminence et sa suite ont pris place sur une chaloupe surmontée d’un dais de velours cramoisi », raconte l’abbé Mouls. Et, à peine tiré le coup de canon qui donne le départ de l’armada, la foule voit naviguer les huit batelières en corset bleu, en robe et en cornette blanches qui rament sur une barque arborant la statue de la vierge. Quatre mousses, en grande tenue, élèvent sur un brancard un navire aux voiles déployées. Trois chaloupes contiennent des chanteurs et les musiciens du régiment en garnison à Bordeaux. L’archevêque bénit le Bassin et la ville naissante, certainement ravi, écrit l’abbé Pougeois, « d’avoir trouvé ce moyen ingénieux de raviver au sein de la population la foi catholique ».

Lire la suite